1. Structure des trois niveaux de l'âme

Aristote est le dernier savant universel. Il écrit des traités de philosophie sur la botanique, la zoologie, le règne minéral, l'éthique, la métaphysique, la politique, les lois, le théâtre... C'est le fondateur de la théorie de la catharsis. Il est opposé à l'école de l'Académie de Platon.
Il fait une place fondamentale à l'âme humaine, divisée entre quatre modalités : mémoire, imagination, sensations, passions. Aristote réfléchit de façon globale : l'âme est le siège de ces quatre fonctions.
L'Homme possède trois niveaux d'âme :

Il existe, selon Aristote, quatre règnes dans la nature :
> Le règne minéral (pas d'âme)
> Le règne végétal (doué d'un principe vital)
> Le règne animal (plus complexe)
> Le règne humain.
L'homme n'est pas considéré comme un animal.

Âme végétative : Animaux, plantes et hommes la possèdent. C'est un principe vital d'animation, d'activité.
Âme sensitive : Animaux et hommes la possèdent (les plantes ne se déplacent pas en général). Ce principe pousse à la motricité.
Âme intellective ou rationnelle : Principe de la raison. Seuls les hommes la possèdent. C'est parce que l'homme est rationnel qu'il n'appartient pas au règne animal.

Cette vision d'Aristote a marqué la psychologie : on continue à voir le psychisme divisé en trois. Freud lui aussi divise le psychisme en trois dans ses deux topiques.

2. Théorie des passions de l'âme d'Aristote

Selon Aristote, l'homme n'est pas purement un être de raison mais aussi un être de passions : colère, tendresse, cruauté, avarice... Ces émotions échappent à la raison. L'homme n'est pas seulement guidé par sa raison mais aussi par des tendances obscures, qu'il ne comprend pas, les passions.
Aristote explique l'origine des passions par deux hypothèses.

a) Hypothèse causaliste ou déterministe
La passion est la réponse du sujet à quelque chose de vécu.
Ex : la colère est un effet, une réponse à une injustice subie ou ressentie, voire observée.

b) Hypothèse téléologique ou finaliste
Les passions ont un but, un objectif, et sont une préparation de l'esprit à un événement à venir.
Ex : La colère est une préparation à la vengeance (le corps et l'esprit doivent être suffisamment agités pour que la vengeance ait lieu).

Ces deux modèles ont eu une influence certaine sur la psychologie moderne :

3. Débat sur l'organe siège du psychisme  

Les philosophes antiques n'ont pas une connaissance approfondie des fonctions du coeur et du cerveau.
> Platon stipule que le cerveau est l'organe siège du psychisme, car il est l'organe supérieur du corps humain, et le psychisme, ce sont les fonctions supérieures. Sa théorie n'a pas de succès.
> Pour Aristote, la raison est le principe central de l'âme donc doit siéger dans le coeur, organe central du corps.

On ne se rendra compte qu'au moyen-âge que le cerveau est siège de la mémoire, de l'imagination, des sensations et des passions.

4. Psychothérapie philosophique et didactique selon l'école d'Aristote

Aristote considère les maladies comme provenant d'un excès ou d'un défaut. Le sage est sensé dire à son élève de conserver en tout le juste milieu, avoir une consommation modérée des biens de la vie.