A la fin du XVIIIème siècle, il y a deux écoles principales de psychothérapie :
> L'école du "traitement moral" de Philippe Pinel (1745-1826) ;
> Le magnétisme animal de Franz Anton Mesmer (1734-1815).

1. Le traitement moral, Philippe Pinel

Philippe Pinel, inconnu jusqu'à la Révolution française, est un des médecins qui ont adhéré aux idéaux révolutionnaires. Il a fait en sorte que la Révolution donne des droits aux malades mentaux aliénés.
Nommé en 1793 directeur du service des aliénés de l'hôpital de Bicêtre, il entame une réforme humanitaire de ce service.
Il fait supprimer les chaînes et entraves des aliénés, car il estime que leur violence vient de la répression qu'ils subissent. Contrairement à ce que ses adversaires pensaient, les malades restent tranquilles, certains mêmes sont admiratifs une fois déchaînés.
Pinel veut que les aliénés ne soient plus considérés comme des prisonniers mais comme des malades qui ont besoin de soins.

Idées dominantes de Pinel
> Primauté de l'observation du "terrain" (familial) et de la "constitution" (corporelle) sur la recherche de "causes" : un patient est différent selon ce qu'il a vécu , selon les milieux dans lesquels il a vécu, selon sa constitution corporelle.
> Humanisation du séjour hospitalier, valeur thérapeutique du travail (ergothérapie) : la relation thérapeute-patient doit être une relation d'autorité mais aussi de tutelle. Le patient n'a pas seulement besoin de médicaments, mais aussi d'un suivi verbal.
Il faut sortir les malades mentaux de cette vie d'inutilité : Pinel propose de leur occuper l'esprit avec des activités manuelles (ex : travail aux champs). Il remarque qu'un malade qui travaille toute la journée est plus tranquille, moins agité, et a un meilleur sommeil. Le travail manuel a donc une valeur thérapeutique. On l'appellera par la suite ergothérapie.

Chez Pinel, il existe un souci de formation du personnel soignant des asiles. C'est un des premiers auteurs à aller dans le sens des spécialisations en médecine et infirmerie.
Il écrit beaucoup de livres (nosographies) pour décrire les maladies, fait une classification des différentes maladies mentales.

Pinel tombe en disgrâce quand Napoléon abdique en 1815 (il était son médecin privé) et quand Louis XVIII, frère de Louis XVI (Pinel était de ceux qui l'ont emmené à la guillotine) l'exclut pour actes révolutionnaires.
Les disciples de Pinel prennent la direction de tous les hôpitaux psychiatriques de France et fondent les premières chaires de facultés consacrées aux maladies mentales et nerveuses.
Après la mort de Pinel (1826), l'idée que les maladies mentales sont incurables revient. On considère de nouveau les hôpitaux psychiatriques comme des endroits de surveillance et non de cure. L'idée que le dialogue est important avec le malade est oubliée.
Ce qui reste de PINEL est la structure hospitalière : du personnel formé, spécialisé.

2. Le magnétisme animal, Franz Anton Mesmer

Mesmer propose un traitement universel pour toutes les maladies.  
Son idée : l'être humain vit dans un fluide, une énergie vitale invisible. La maladie viendrait d'une obstruction de ce fluide.
Par là, Mesmer refuse la médecine. Il considère que les médicaments ne sont que des poisons inutiles.

Pour une bonne circulation du fluide, il faut un contact entre le magnétiseur et le patient. Celui-ci entre en "crise" plus ou moins violente, signe de la guérison.
Le corps médical d'oppose à Mesmer, qui quitte Vienne et s'installe à Paris. Il obtient une très grande clientèle avec sa nouvelle méthode de guérison en groupe.


Le baquet mesmérien


Quelques personnes prennent place sur les divans. Des "tiges magnétiques" sortent du baquet et sont posées sur la partie du corps qui est malade. Les patients se donnent la main ("effet de chaîne"). Derrière la fenêtre, un orchestre joue une musique destinée à provoquer puis atténuer la crise.
Mesmer leur interdit de parler, donne des instructions. Les patients entrent en crise les uns après les autres. Ceux qui font une cris trop violente sont emmenés dans une "chambre de crise" matelassée.
Les patients sortent avec une impression de soulagement.

Les adversaires de Mesmer disent que c'est un escroc. Il ne s'intéresse pas à la nosographie, considère qu'il n'y a qu'une seule maladie, l'obstruction du fluide.
Pour le corps médicale français, il faut proscrire e magnétisme animal. Ils n'y parviennent pas car Mesmer a des amitiés à la cour royale.
L'Ordre des Médecins fait signer un papier à tous les médecins ("le formulaire") où ils promettent qu'ils n'exerceront pas le magnétisme animal, sinon ils seront radiés de l'Ordre des Médecins. Beaucoup persistent.

Certaines idées de Mesmer ont été retenues : les hypnotiseurs et psychanalystes gardent les séances d'une heure, la pénombre (conditions qui permettent des restrictions sensorielles) et le divan (détente, relaxation).

Contributions de Mesmer à la psychothérapie

> Musicothérapie : le son qui guérit, qui met en action le corps humain
> Les "crises" (transes ou états modifiés de conscience de type hypnotiques) : pour guérir, il faut sortir de l'état normal de conscience
> Psychothérapie de groupe : quand nous sommes ensemble, il y a création d'un climat thérapeutique. La présence d'autres malades nous renforce dans notre envie de guérir.
> Thérapie d'expression corporelle : le patient s'exprime avec son corps (crise).
> Catharsis psychosomatique : à travers le corps s'exprime l'affectivité (peurs, phobies, désirs, agressivité, haine...)
> Rapport (relation thérapeutique) : il ne faut pas changer les thérapeutes, il doit y avoir un processus personnalisé avec le même thérapeute jusqu'à la guérison.